Adaptabilité ou adaptation ?

On ne se libère pas d’une chose en l’évitant, mais en la traversant – Cesare Pavese.

 

J’adore cette citation, elle reflète bien ce qu’est au fait la capacité adaptative.

Il n’y a pas de doute, le contexte actuel a complètement changé nos modes de vie : télétravail, distanciation sociale, isolement, perte d’emploi, nouvelles responsabilités, nécessité de nous réinventer, incertitude quant à l’avenir, nouvelles réglementations, etc. La liste des changements possibles est si longue!

Avec les temps qui courent, en tant qu’être humain, nous n’avons pas eu le choix de nous adapter à notre nouvelle réalité et très rapidement.

De cette façon, notre aisance à évoluer en fonction du contexte changeant et des nouveaux événements peut influencer directement notre niveau de stress.

Plus nous avons la capacité d’accueillir le changement, de surmonter nos peurs en lien avec l’imprévisibilité, l’inconnu et la nouveauté, plus nous devenons flexibles dans notre façon d’être, de penser, d’agir et d’interagir.

Dans ce contexte où tout bouge rapidement, où nous avons l’impression de perdre le contrôle sur l’avenir, la capacité d’adaptation, celle qui permet de jongler avec l’incertitude et de s’adapter à la nouveauté, semble un véritable atout.

Attention cependant dans l’adoption d’une stratégie d’adaptation. Car si elle est inefficace, c’est-à-dire adoptée de manière inconsciente, en mode survie, les résultats qui en découleront ne seront pas plus avantageux à long terme.

Une stratégie d’adaptation inefficace, c’est comme étirer constamment un élastique jour après jour avec le risque que « tout pète », sans prévenir.

Alors quelle est la meilleure façon de réagir face à tous les événements qui ont chamboulé notre vie et tous ces agents stressants des derniers mois?

Il s’agit de la résilience mes ami(e)s, mais tellement !

Gardez à l’esprit également de ne pas confondre adaptation et adaptabilité !

Quelle en est la différence ?

L’adaptation est en relation avec la certitude, l’adaptabilité quant à elle, avec l’incertitude.

Plus l’adaptation augmente plus l’adaptabilité diminue et ainsi l’incertitude peut devenir la plus grande des certitudes.

Autrement dit l’adaptabilité est la plus grande des adaptations à gérer les incertitudes. N’est-ce pas merveilleux ?

Et vous ? Arrivez-vous à vous adapter au changement ?

Dans quelle phase avez-vous l’impression de vous retrouver actuellement  ? L’adaptabilité ou l’adaptation ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.